Ma revue sur Sébium Mat de Bioderma (+ concours *clos* !)

          Et oui, je sais, cela fait looongtemps que je n’ai pas posté ! Mais l’année qui s’est écoulée n’a pas été de tout repos – dans le bon sens du terme. Je reviens aujourd’hui avec un article sur une nouveauté de septembre que j’ai pu tester : le Sébium mat de chez Bioderma !

Sebium Mat - Bioderma          J’avoue adorer mon métier de préparatrice en pharmacie. J’ai souvent l’occasion de tester de nouveaux produits, et parfois, je suis même un peu trop tentée parce ce qui peut sortir ! Comme j’étais en rupture de soin hydratant pour le visage, cette crème tombait à pic. Sur le papier, ce soin de jour à tout pour me plaire, moi qui ai une peau mixte : matifiant, hydratant, lissant la peau… Ça oui, il semble avoir tout bon ! On nous promet donc :

  • un teint lisse et mat pour 8h
  • une efficacité en continu
  • une hydratation longue durée

Oui mais voilà, je vais gâcher le suspense : je N‘ai PAS du tout aimé ce soin. Je vous explique pourquoi ?

Sebium Mat - Bioderma

Sailor Jupiter semble approuver, mais en fait, non, elle a toujours cette tête-là

Côté texture

          Le soin est léger et frais. Il est plutôt agréable, pas de grande surprise niveau texture, c’est une crème plutôt classique – d’autant que je suis une habituée des soins Bioderma, pas de grande nouveauté à ce niveau là. Mais ce soin n’est pas exempt de défauts, loin de loin. Déjà la crème a tendance à se déphaser : je stocke mon tube comme toooous mes autres tubes, dans le même panier, comme sur la photo, et je n’ai jamais eu de problème avec d’autre crème avant celle-ci. Pas vraiment terrible pour commencer.
          Et ça ne s’arrange pas avec un GROS souci d’hydratation : clairement… j’ai l’impression de NE PAS avoir mis de crème. Autant sur la zone T, passe encore, mais sur mes joues qui souffrent un peu plus de sécheresse, c’est inconfortable. Ce qui est vraiment désagréable… Je n’avais pas testé l’ancienne version du produit, mais si je compare par exemple avec le Sébium Pore Refiner de la même marque que j’ai utilisé longtemps et que j’apprécie, ou encore mon chouchou Effaclar Mat de La Roche Posay (j’en parlais dans ma routine teint ici), je suis clairement déçue par ce soin…

Sebium Mat - Bioderma

Le soin à la sortie du tube quand tout va bien

Sebium Mat - Bioderma

Et là on voit bien la crème qui se déphase – j’ai voulu rajouter du produit pour la photo et sprotch !

Côté efficacité

          Niveau hydratation donc, je n’ai pas du tout aimé. Qu’en est-il de l’effet matifiant et lissant ? Je dirais : peut mieux faire. Le teint est mat, oui, le job est correct à ce niveau-là, mais rien de fou non plus. Les 8h de matité, c’est vraiment en cherchant bien, je dirais pour être plus juste 6h (ce qui est correct, mais pas exceptionnel non plus) Niveau effet lissant, alors là par contre : je n’ai vu aucune différence. Je trouve le Sébium Pore Refiner bien plus efficace en base de maquillage pour son effet « floutant ».
          Je n’ai également pas trouvé ma peau plus éclatante comme promis après un peu plus d’un mois d’utilisation (alors qu’au contraire le nouveau soin de jour que je teste, l’Effaclar K(+) de La Roche Posay, m’a bluffée dès la première semaine) C’est rare, mais j’ai fini par arrêter de l’utiliser avant la fin du tube, alors que je déteste gâcher et que je suis du genre à finir mes soins.

Sebium Mat - Bioderma

Quelques gouttes d’huile végétale sur l’avant-bras pour le crash test

Sebium Mat - Bioderma

Dur à prendre en photo, mais l’efficacité matifiante est plutôt correcte à l’application

Ma note : 5/10

Les + :

  • texture correcte
  • eenviron 6h de matité

Les – :

  • pouvoir hydratant moyen
  • la crème se déphase
  • effet lissant peu probant

Prix : autour de 9€ en pharmacie

Place au concours !

          Comme j’étais persuadée d’adorer cette crème, je m’étais déjà pris un tube d’avance, mais vu qu’elle ne convient pas à ma peau, je vous propose de gagner ce tube ! Elle conviendra sans doute à une peau plus grasse que la mienne, avec des pores plus marqués.

Sebium Mat - Bioderma

*Et la gagnante est zootie mookie !!!*

Pour participer rien de plus simple : 

  • tout d’abord, un petit like sur ma page Facebook !
  • ensuite, postez un commentaire sur cet article et racontez moi pourquoi vous aimeriez tester ce soin (n’hésitez pas à noter votre pseudo Facebook que je puisse vous retrouver !

          Le concours est ouvert jusqu’au samedi 14 novembre 2015 à 23h59 (il vous faudra être majeur(e) et résidant en France Métropolitaine pour participer) Je posterai le nom du/de la gagnant(e) le dimanche 15 novembre sur Facebook et en edit de cet article.

          En conclusion, j’espère que ce soin fera le bonheur de l’une d’entre vous, car je suis vraiment triste que ma peau ne l’ai pas apprécié. Mais comme quoi, il est important de bien connaître sa peau, et surtout de l’écouter, car elle vous dira toujours si elle aime les soins que vous lui prodiguez ou pas !

Publicités

Mon soin préféré pour cuticules épaisses

          Je reviens avec un article sur les cuticules, parce que c’est l’été et que l’été, j’aime me vernir les pieds. Bon, en fait, j’ai les pieds quasiment vernis toute l’année, mais vu que je suis la seule à les voir, je me moque pas mal si ma pédicure est parfaite ou pas… Mais en sandales, je préfère avoir une mise en vernis irréprochable !

          Mon premier article (que vous pouvez trouver par ici) traite de la façon dont je m’occupe de mes cuticules des mains. Sauf que pour les pieds, je n’étais pas vraiment satisfaite des produits que j’avais pour les éliminer qui, même s’ils sont tout de même efficaces, ne me donnaient pas entière satisfaction. Et c’est en Allemagne, au détour d’un stand Sally Hansen (dont j’aime beaucoup les soins) que je me suis laissée tenter par ce challenger… et c’est un perfect win !!

Je choisis quoi comme armes ?

          Et bien déjà le Sally Hansen Gel Cuticule Remover au kiwi. Une texture gélifiée, qui sent bon (enfin je suis pas une référence, mon odorat est proche du (sub)zéro MAIS j’aime bien ce que je sens là) et un tube plutôt économique, même si j’en mets une blinde à chaque fois.
          Et pour repousser les petites peaux pas belles une fois mortes, j’utilise un repousse-cuticule en métal et un coupe-cuticule. Attention, je ne les utilise pas pour les mains, trop agressifs. Mais vu que j’ai les ongles des pieds TRÈS épais, et la corne autour des ongles bien dure, cela ne me pose aucun problème, chose que je ne me risquerai pas à faire sur mes ongles des mains, beaucoup plus fragiles.

Je procède comment en fait ?

          Je commence donc avec des ongles cracra. Je viens de les couper et de les limer, mais je n’ai absolument rien touché d’autre. On voit donc bien les peaux mortes sur la matrice de l’ongle, et la corne dure de chaque côté de l’ongle. Hmm, ça donne envie !!

          J’applique ensuite généreusement le produit sur tout le contour de l’ongle, je déborde bien sûr de partout comme ça je suis sûre de tout enlever (maniaque de la cuticule je vous dis) et je laisser poser 5 bonnes minutes bien tassées. Bon, ok. Parfois j’oublie, et je laisse plus. Mais c’est parce que je joue sur mon téléphone en même temps.

          Et voilà ce qu’il reste sur et autour de l’ongle ! J’ai passé le coupe-cuticule sur les bords de l’ongle, après avoir repoussé les peaux collées sur la matrice avec le repousse-cuticule. Là je précise que je n’ai pas mis de crème hydratante, donc bien sûr, on oublie pas de le faire juste après.

Ma note : 9/10

Les plus :

  • rapide d’utilisation
  • plutôt économique
  • facile à utiliser
  • efficace même sur les cuticules épaisses
  • le petit prix

Les moins :

  • difficulté pour se le procurer (Amazon.fr, en Allemagne si vous êtes frontaliers…)

Prix : environ 6€ sur Amazon

          Si vous avez la chance de tomber dessus, c’est un produit qui vaut grave le coup. Je l’adore, l’utilise aussi bien sur les pieds et les mains, et son remplaçant quand il sera fini sera… lui même, très certainement ! Et vous, vous prenez soin comment de vos cuticules ?

Comment j’ai changé ma vie avec les serviettes hygiéniques lavables

          Oui, derrière ce titre glamour, se cache ma deuxième meilleure découverte de l’année niveau beauté (la première étant la Hada crie) car oui, l’hygiène c’est aussi la beauté, et se sentir bien pendant que les Anglais débarquent, c’est aussi se sentir belle.

          Si je fais cet article, c’est d’abord pour crier mon amour pour cette méthode. Mais c’est aussi pour faire une revue complète (autant que possible) pour d’autres femmes se posant des questions car j’ai eu du mal à trouver plus de deux-trois articles sur le sujet. Bon j’ai peut être mal cherché. Mais les articles n’étaient pas très concis non plus. Na.

          Situons le pourquoi du comment que c’est que j’en suis arrivée là.  J’ai toujours utilisé des serviettes hygiéniques jetables (au début je me rappelle des Ruby, elles étaient énormes, on aurait dit des protections urinaires – de celles que je vends maintenant dans mon métier ah ah) Par la suite, je suis restée fidèle à Always car c’était la seule marque que je tolérais. J’ai bien essayé les tampons, mais je n’ai jamais supporté, et c’est un no way total désormais. Combiné à ca, j’avais souvent des irritations et rougeurs en tout genre, voir des mycoses (glamour bonjour, mais c’est un problème dont souffrent beaucoup de femmes) et ça empirait avec les années.

          J’ai mis un certain temps pour faire le rapprochement avec mes règles et mes serviettes. Soyons honnête, j’ai toujours pensé que le problème venait de moi, pas de mes serviettes. Pourquoi les accuser ? Le problème venait *forcément* de moi. Jusqu’à ce que je cherche un peu sur internet, et m’aperçoive que je n’étais pas seule.

          Dans l’univers des protections intimes « naturelles » s’offraient à moi deux options : la cup, ou coupe menstruelle, et les serviettes hygiéniques lavables. La cup, j’avoue ne pas être très fan. C’est sans doute très bien, mais la mauvaise expérience des tampons a fait que j’ai décliné cette option. J’ai donc opté pour la seconde solution. De toute façon, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise méthode, il n’y a que la méthode qui nous convienne personnellement. Donc on ne se stresse pas !

          Après avoir cherché sur le net, et regardé divers sites « écologiques », je trouvais ça assez cher, et surtout pas très très joli (oui, c’est important, tant qu’à faire !) Et j’ai découvert qu’on en trouvait sur Etsy ! Je vous ai dit que j’aimais Etsy ? J’adore Etsy. Je pourrais passer ma vie sur Etsy ❤ J’ai réussi à placer 5 fois Etsy en moins de deux lignes. Fierté. Bref. J’en ai donc trouvé sur la très jolie boutique Sleeping Doe, et voilà ce que j’ai acheté :

  • deux serviettes 11 inches (27,94 cm), l’une en flanelle, l’autre en coton simple. Absorption forte.
  • une serviette 10 inches (25,40 cm), en coton simple. Absorption forte.

          Premier point, le packaging est trop adorable ! J’ai adoré déballer mon colis, c’était très bien présenté, bien emballé. Avec une petite carte manuscrite, c’est vraiment mimi, et j’adore ce genre de petites attentions.

          Deuxième point : les serviettes roxent du poney. Très bien cousues, de beaux tissus de bonne qualité (le lavage s’est passé impec), les finitions comme le bouton-pression, les coutures ou la petite étiquette sont très bien faites, j’adore l’attention portée aux petits détails. 

Côté taillage et matière

          Je n’ai généralement que trois jours de règles, flux léger à moyen, et avec leur absorption forte, ça a été plus que largement suffisant. Il existe plus absorbant encore, pour les flux plus importants. Niveau texture, j’ai préféré le coton simple à la flanelle, qui fait transpirer un tout petit plus – mais là je chipote. Elles sont en tout cas très très douces. J’aime quand la serviette monte bien devant et derrière, donc j’adore les 11 ». Chez Always, elles se rapprochent des ‘ultra long’, les 10 » des ‘ultra normal’.

Côté confort

          Rien à redire, c’est le jour et la nuit avec les jetables ! Si sur le coup, cela surprend légèrement – c’est un poil plus épais qu’une Alwayson l’oublie très, très, TRÈS vite. Pas de rougeurs, pas d’irritations. Même en transpirant bon train au boulot, à part une légère humidité (ben oui, du coup elle absorbe aussi la transpiration) c’est nickel, aucun souci. Mon flux a été plutôt léger ce mois-ci. Pas de fuite, pas de serviette qui se fait la malle : le bouton-pression fait son office parfaitement, la largeur est top, et à part l’avant qui se relève légèrement quand on baisse son slip, ca ne bouge pas. C’est simple, j’oublie que je les porte !

Côté entretien

          On lave surtout à l’eau froide ! L’eau chaude ferait coaguler le sang et ça serait foutu. J’utilise un savon artisanal détachant, acheté dans le Sud dans une savonnerie, mais n’importe quel savon de Marseille ou lessive liquide fera l’affaire. J’opte pour l’option : je lave le soir direct, je mets à sécher, c’est sec le lendemain soir. Vous avez aussi l’option : pré-laver, laisser tremper dans une bassine d’eau froide, et mettre avec votre machine habituelle (30°C) quand c’est le jour de la lessive. A éviter : l’adoucissant qui peut créer un film sur le tissu et diminuer l’absorption. Vous faites comme vous voulez, moi j’ai préféré laver au fur et à mesure, et franchement en 24h c’est sec (peut être même une nuit, j’avoue ne pas avoir vérifié le matin) donc pas de stress. Ah oui, une fois bien essorée, je place la serviette dans ma serviette de toilette, et je presse pour bien « pomper » l’eau. Histoire d’absorber le maximum d’eau, et qu’elle sèche plus vite.

          Edit : comme on me l’a judicieusement demandé en commentaire, comment faire la journée lorsque l’on doit se changer ? Mon flux ayant été léger ce mois-ci, je n’ai pas eu besoin de changer de serviette entre le matin et le soir après le boulot. Si vous devez le faire, elles se plient très facilement, ne prennent pas de place et peuvent aisément se mettre dans un petit sac plastique, ou une pochette comme celle-ci avec un intérieur imperméable. Et non, ca ne sent pas mauvais ! Le tissu respire, la peau aussi, et donc contrairement aux synthétiques, pas de développement microbien = pas d’odeurs.

Ma note : 9/10

Les + :

  • le confort !!!
  • la disparition des rougeurs et démangeaisons
  • l’investissement à long terme niveau financier
  • le respect de l’environnement
  • les matières très douces
  • l’absorption
  • le taillage parfait (existe en plein de tailles)
  • elles sont trop belles !

Les – :

  • l’investissement de départ niveau financier
  • le lavage et le séchage

Prix : 31€ les 3 serviettes + frais de port

          Pour moi c’est donc une énorme découverte, beaucoup de plaisir et surtout la fin de pas mal de désagréments ! Je revis totalement après des mois de soucis, auxquels je ne voyais pas d’issues. En plus d’être hyper confortables, elles sont trop belles et je me sens beaucoup mieux à cette période – et ça franchement, c’est le pied total ! Et vous, qui est tenté par des méthodes alternatives aux protections jetables ??

Millefeuille et huile démaquillante Kumano

          Deux mois. Deux longs mois sans poster. Parfois, on n’arrive pas à gérer le quotidien comme il le faudrait… Et puis franchement, je suis la seule ou l’automne vous file aussi le cafard ?? Après deux mois à ne pas m’occuper de moi, je reprends mes petites habitudes, enfin… j’essaie en tout cas ! Aujourd’hui je vais parler de la base de ma routine du soir : le démaquillage !

          J’ai découvert le layering japonais au détour d’un blog, Les Chroniques de Sonia. Mais c’est finalement le blog de Sasha, Les Beautés Testent, qui m’a totalement convaincue de changer ma routine il y a plus d’un an, moi qui me plaignait de mon acné, certes hormonale, mais pas que. Un teint brouillé, des boutons partout, se maquiller sur un visage pareil, ce n’était plus possible, et j’étais déçue de mes produits. Grâce à Sasha, j’ai appris les bienfaits du double nettoyage, et si parfois par flemme je reviens à une « bonne » vieille eau micellaire, les boutons que je me récolte après quelques jours me font vite revenir au layering.

          Le layering, quoi que c’est ? C’est une routine du visage venue d’Asie, aussi appelée dans nos contrées « millefeuille », qui consiste en plusieurs étapes :

  • Etape 1 : huile démaquillante
  • Etape 2 : nettoyant
  • Etape 3 : lotion
  • Etape 4 : sérum
  • Etape 5 : contour des yeux
  • Etape 6 : crème

          Non, ça ne prend pas trouze mille ans, et non, ça n’abîme pas la peau. Le principe, c’est à la fois d’avoir une peau réellement nette, donc qui absorbe mieux les principes actifs, mais aussi d’utiliser des produits adaptés. Parce que bon, l’eau micellaire qui me file des boutons après quelques jours, il a fallu que j’arrête et que je reprenne pour m’apercevoir que c’était ça (en partie, pour le reste, les hormones on y peut pas grand chose…) Bref, le double nettoyage, c’est la vie !           La voici donc, mon huile démaquillante du moment. J’en ai utilisé plusieurs avant celle-ci, l’huile Floraison de chez Ünt (ma première huile, et un bon souvenir, même si aujourd’hui j’ai trouvé mieux avec celle-ci) et la Deep Cleansing Oil de chez Kose (dont j’ai détesté l’odeur d’agrumes beaucoup trop forte pour moi)           Cette huile a une texture plutôt épaisse, moi qui était habituée aux huiles fluides, ça a fait un petit changement d’utilisation. Pas de regrets, c’est beaucoup, beaucoup plus agréable pour se masser le visage ! Et je trouve aussi que j’en mets moins : une pompe si j’ai juste le visage légèrement maquillé (teint soft, mascara une couche, sourcils légers), deux pompes si je suis maquillée comme un camion volé (teint multi-couches, mascara 3 tonnes, smoky eyes, sourcils prononcés) Parfois j’en remets un peu surtout si les yeux sont très très chargés mais dans l’ensemble, c’est nickel.

          Une huile démaquillante, non, ça ne bouche pas les pores. Déjà, ce n’est pas une huile qui reste sur la peau : on l’émulsionne à l’eau pour la virer. Ce n’est pas 2 minutes sur la peau qui vont changer quoique ce soit au problème de vos pores. Ensuite, une huile sèche ne peut pas faire l’affaire :  celle-ci est destinée à pénétrer la peau pour la nourrir, vous voyez le truc ? Vous démaquiller avec ça ? Déjà ça va pas être possible, et ensuite bonjour les cochonneries qui là pour le coup, iront dans la peau au lieu d’être virés.

          Au pire des cas, je l’ai déjà fait chez mon Chéri quand j’avais oublié mes produits chez moi (maintenant on vit ensemble, plus simple pour se millefeuiller la tronche) l’huile d’olive peut tout à fait servir. Inconvénients : déjà, tu sens l’olive. Glamour pour les ébats sous la couette. Et pour le rinçage, t’es mal barrée ma pauv’ Lucette ! Car oui, une huile démaquillante je le répète, s’émulsionne à l’eau pour donner un genre de lait, ce qui ne donne AUCUN fini gras sur la peau – surtout que je le répète, on passe un nettoyant juste après. C’est pas bien de pas suivre ce que je raconte !           C’est parti pour faire un petit test de démaquillage… Here comes a new challenger !           Ou plutôt plusieurs challengers : le mascara Too Faced LashGasm, le liner liquide Catrice Cosmetics ultra noir, le concealer Catrice Camouflage Cream et l’encre à lèvres Gemey Maybelline. Ce qui nous donne en situation ceci :           Première étape, on masse avec l’huile, on masse, on masse…           On voit qu’il reste encore quelques traces, on enchaîne avec le passage à l’eau pour émulsionner :           C’est déjà mieux : on rince, et voilà le travail ! Ma note : 9/10

Les + :

  • l’efficacité
  • le mini prix
  • l’odeur que j’adore (discrète et agréable)
  • le packaging simple mais mimi (oui, pour moi ça compte !)

Les – :

  • je n’en vois pas !

Prix : environ 5,65€ les 150 mL (7,70$) sur BonjourHK

          Si je rachète cette huile ? C’est déjà fait ! Un mini prix pour une efficacité topissime, ça serait un crime de s’en passer. D’ailleurs j’ai stocké. Un peu fourmi, beaucoup cigale !

Petit guide de la manucure et de la pédicure

          Une petite revue rapide aujourd’hui sur un petit bouquin sans prétention que j’aime plutôt bien et qui m’a été utile quand j’ai voulu me reprendre… en main !

          Ce livre édité par Larousse est un guide plutôt complet sur l’ongle, ses spécificités, ses problèmes et bien sûr son entretien, qu’il s’agisse des mains ou des pieds. Je n’avais jamais entendu parler de l’auteure, mais je dois reconnaître que ce livre est bien écrit et bien complet.

          Le livre original a été publié en 2008, et il est écrit par Rosie Watson. Une courte introduction mentionne que la dame en question travaille dans le domaine de la manucure et de la pédicure depuis plus de 10 ans, qu’elle est responsable du département esthétique d’une école réputée à Londres, et qu’elle a lancé sa propre gamme de cosmétiques.

          Le premier chapitre du livre concerne les principes de bases. On y trouve des informations générales sur la peau, les ongles, leurs physiologies, des notions de réflexologies. Le chapitre se termine par des exercices pratiques : de la gym pour les mains et les pieds pour assouplir muscles et articulations.

          Le second chapitre s’articule sur les ongles de façon plus poussée : paragraphes sur les différents types d’ongles (épais, striés, cassants…) mais aussi sur les différents types de peaux (sèches, déshydratées…) avec à chaque fois les soins à faire et ne pas faire ! (je plaide coupable pour tout gratter avec mes ongles, pas biiiiien mais je ne peux pas m’en empêcher *honte*)

          Le troisième chapitre est axé sur les problèmes rencontrés, comme les maladies des ongles, mais aussi sur les petits éléments annexes pour avoir de belles mains et de beaux pieds, comme le port de chaussures confortables ou l’épilation à la cire des poils sur les orteils. Si vous êtes un Hobbit, il y a bien sûr prescription pour ces deux cas !

          Au chapitre 4, vous saurez tout, tout, tout sur les accessoires pour réaliser manucure et pédicure, mais aussi en cas d’extensions d’ongles comme l’acrylique ou le gel. J’ai donné, et même si j’apprécie avoir des ongles nickel et solides des jours durant, quand j’ai voulu revenir au naturel, mes vrais ongles étaient sacrément abîmés… J’essaie désormais de faire avec leur nature fragile, en essayant de pas trop râler, car c’est mieux que de les avoir totalement bousillés !

          Le mini chapitre 5 est consacré au vieillissement : comment l’empêcher, les choses à faire, et des exercices d’assouplissement des articulations.

          Le chapitre 6 est *enfin ?* dédié à la manucure ! Ici vous saurez tout : la manucure est détaillée étape par étape, du nettoyage des outils avant la manucure à la mise en vernis, en passant par le limage suivant le type d’ongle (carrés, ronds…) ou le massage des mains et des avants-bras. J’aime ce chapitre parce que tout est parfaitement détaillé, très bien illustré, clair et le résultat final est nickel chrome. En bonus : des soins comme au SPA à l’huile chaude ou à la paraffine, et la mise en beauté des mains masculines !

(Attention, des vernis Essie se cachent sur cette photo !)

          Au chapitre 7 sont décrites toutes les techniques de la pose de faux ongles, du remplissage acrylique ou encore comment bien poser son gel UV. Comme pour le chapitre précédent, c’est très bien détaillé et illustré. Les travaux pratiques de fin de chapitre concernent la réparation des ongles cassés avec de la résine et de la fibre de verre (jamais essayé car je ne dispose pas du matériel, mais ça me sauverait la vie parfois !)

          Le chapitre 8 aborde lui la pédicure en détail. Comme au chapitre sur la manucure, tout est détaillé jusqu’à la pose finale, en passant par le massage des pieds, le ponçage des talons secs ou encore le gommage des pieds. Mention spéciale aux paragraphes sur les masques pour les pieds (et oui, ce n’est pas réservé au visage !) mais aussi aux soins comme le soin à la cire chaude pour pieds et talons secs (un bonheur au passage…) Ce chapitre est très complet, avec beaucoup de photos de massage, de gommage ou encore la pose d’extensions (qui non, ne sont pas réservées aux mains, je ne le savais pas avant de lire ce livre pour ma part)

          Le chapitre 9 présente quelques informations et exemples de nail art, mais ce n’est clairement pas le point fort du livre : si vous rechercher exclusivement des choses à ce sujet, passez votre chemin, il n’est pas fait pour vous.

          Le chapitre 10 montre 4 manucures à réaliser – et surtout comment bien les réaliser  – après vos soins de base. On y retrouve : la french manucure, la pose d’un vernis foncé, la pose d’un vernis rouge vif ou la mise en beauté naturelle avec des vernis couleur peau. Les informations sont un peu succinctes, ce n’est pas le meilleur chapitre du livre.

          Quant au dernier chapitre, il parle des soins et massages réalisés dans les SPAs, et les astuces à retenir chez nous au quotidien, comme des gouttes d’huiles essentielles à ajouter aux bains et crèmes pour apaiser les pieds ou les rafraîchir par exemple.

Ma note : 7/10

Les + :

  • la quantité de photos descriptives
  • la qualité générales des articles et travaux pratiques
  • la manucure et la pédicure détaillées de A à Z
  • les soins à faire comme les massages ou les traitements

Les – :

  • certaines photos font un peu old school… j’aime assez pour ma part !
  • le nail art est plutôt inexistant, mais ce n’est pas non plus le but de ce livre

Prix : 9,55€ sur Amazon

          Un bon petit livre à posséder pour pas cher si vous cherchez plein de conseils pour avoir des mains et des pieds au top, facilement, et l’entretien nécessaire à vos attributs de princesses (et de princes, ne soyez point jaloux !) A déconseiller par contre à celles qui cherchent un livre sur le nail art, car ce n’est pas son propos !

Ciracle : victoire contre les points noirs !

          S’il y a bien quelque chose que je ne supporte pas, c’est avoir des points noirs et le nez tout granuleux qui va avec ! Grâce à Sasha et son article, j’ai découvert avec bonheur les disques anti-points noirs de la marque Ciracle, et j’aime autant vous dire que ça dépote !

          Sasha, c’est un peu ma bonne fée ! C’est grâce à elle que j’ai mis les pieds dans les cosmétiques japonais, et c’est du coup à travers elle que j’ai eu pour la première fois une belle peau. Les points noirs, c’est un peu un gros problème, même si je ne fais pas une fixette là dessus, ça ne m’enchante pas non plus…

Comment c’est donc que ça se présente ?

La boite renferme des disques très fins, avec une petite pince type pince à épiler pour les prélever. La boite contient aussi un peu de produit pour que les disques restent imbibés. Pour ma part, pas de bol : le liquide s’était renversé durant le transport… Les disques sont cependant bien chargés en produits, et malgré plusieurs mois, n’ont absolument pas séchés !

Comment c’est donc que ça s’utilise ?

Il suffit de prélever un disque avec la pince, de l’étirer un peu et de le placer sur le nez. En cas de nez très encrassé, on peut même superposer deux disques (et j’avoue qu’au début je le faisais, maintenant je n’ai plus besoin que d’un seul disque en entretien) Il faut simplement veiller à ne pas laisser totalement sécher le disque, les impuretés sont plus faciles à retirer lorsque le disque est totalement sec (en général je laisse 10 à 15 minutes)

L’instant glamour !

          J’utilise un tire-comédons pour plus d’efficacité (mais je compte en changer car je n’aime pas trop la forme de celui ci) Voilà toutes les cochoncetés que j’ai récupéré avec, et je suis sûre que j’aurais pu en retirer autant si j’avais poursuivi !

          Comme j’avais oublié de faire une photo avant, j’ai pris une photo que j’avais faite visage nu pour mon maquillage brun et prune : on voit quand même que le nez est bien lisse après, moins granuleux et plus net !

          Je vous invite aussi à lire la revue de Sasha, beaucoup plus complète que la mienne ! Les nouveaux disques ont la forme du nez, et sont plus faciles à utiliser car ils ont la bonne forme. J’attends de finir les miens pour les acheter ;p

Ma note : 8/10

Les + :

  • l’efficacité !
  • la facilité d’utilisation
  • le nombre d’utilisations est important

Les – :

  • le prix peut paraître un poil élevé (mais ça dure longtemps, donc l’investissement vaut le coup)
  • la forme des anciens disques, qu’il faut étirer

Prix : 21,99$ (pour les nouveaux masques) sur Wishtrend

          L’important est bien sûr d’avoir une routine irréprochable, avec démaquillage le soir, et nettoyage matin et soir, car une peau sale = pores encrassés ! En tout cas je n’ai jamais eu cette efficacité avec des produits occidentaux, et ne regrette absolument pas ma conversion au layering japonais, et même si parfois je lui fais un peu des écarts… J’y reviens toujours !